Point de Rupture
 
   

 

L'homme serait devenu la principale force capable de modifier les équilibres à la surface de la planète bleue. L'agitation frénétique et gloutonne des Terriens aurait fini par dérégler l'écosystème Terre. Aujourd'hui, les désordres climatiques ont fait irruption dans nos vies et le ciel menace même de nous tomber sur la tête. Cette situation inouïe mobilise notre imaginaire et nous invite à requestionner le rapport que les humains entretiennent avec le vivant.
J'imagine cette  première édition de LA NUIT AU CARRÉ comme un dialogue à la fois poétique, politique et esthétique avec ce que nous appelons la Nature. Même si depuis toujours nous lui donnons ce nom, la Nature a pourtant bien changé de visage. Au 17ème siècle, René Descartes enjoignait ses contemporains de s'en « rendre les maîtres et possesseurs ». Mais, comme le temps chez Shakespeare, la Nature a aujourd'hui fini par sortir de ses gonds. Maintenant que nous la savons fragile, sensible et irritable, n'est-il pas temps de la faire monter sur scène et de lui offrir le premier rôle !? Ainsi, le Carré pourrait devenir une arche éphémère où tout ce qui vit entre terre et ciel - animaux humains et non-humains, plantes, arbres, océans, glaciers, sols, airs... - s'affronterait, dialoguerait et danserait, le temps d'une nuit, pour ouvrir des horizons, nous faire rêver et nous réjouir !

Gilles Martin, juillet 2017.


 

 

LA NUIT AU CARRE / TERRE & CIEL


>PRESENTATION

>EDITION 2018

 

 

 

 

           
  Photo : Alain Moïse Arbib  
© Compagnie Point de Rupture / contact webmaster / mentions légales